Highlights

FR EN

Rencontre avec Jeltje Gordon-Lennox

Jeltje Gordon-Lennox parle de la publication de sa nouvelle série de trois guides sur la création de rituels séculiers.

Jeltje, vous êtes psychothérapeute, pionnière dans le domaine des cérémonies séculières et dans la formation de célébrants non religieux à l'art de la ritualisation. Comment avez-vous découvert la ritualisation ?

Avant de devenir psychothérapeute, j'ai travaillé plusieurs années pour une organisation humanitaire suisse appelée le Comité international de la Croix-Rouge (CICR) et aussi comme leader religieux. Le mandat du CICR est de convaincre les parties en guerre de respecter certaines règles de base et de protéger les civils qui sont inévitablement pris dans des conflits armés. C'est un travail dangereux et un certain nombre de délégués perdent la vie. Comme beaucoup de délégués ont de fortes valeurs humanitaires mais ne sont pas pratiquants, j'ai été intrigué par le défi que représente l'organisation des obsèques - en dehors des institutions religieuses traditionnelles - qui reflètent la motivation du délégué décédé pour entreprendre un travail aussi risqué et les valeurs humanitaires qui le sous-tendent. 
 De plus, en tant que leader religieux en Suisse, j'ai été troublé par le fait qu'au moins 90% des personnes qui venaient me voir pour des cérémonies d'événements de la vie me demandaient de ne pas parler de Dieu ou de religion. Encore un autre défi ! Dans mon rôle officiel, je représentais l'institution et on attendait de moi que j'accomplisse les rites traditionnels. Le besoin toujours croissant de rituels personnalisés ne représentait pas seulement une question morale pour moi, mais aussi un besoin humain de rituels qui ont un sens et qui se sentent justes.

En 2000, mon diplôme de psychothérapeute en poche, j'ai fait ma première cérémonie non religieuse. Peu de temps après, j'ai quitté mon poste et j'ai mis en place Ashoka - une association à but non lucratif - une plateforme non religieuse à partir de laquelle je pouvais proposer des cérémonies séculières qui reflètent les besoins et les valeurs de mes clients. En conséquence, j'ai été expulsé de l’institution religieuse. Avec le temps, j'ai dû admettre que les rites religieux ne répondaient plus à mes propres besoins. Parler de mon travail en termes de “rituel” ou de “ritualisation” est venu beaucoup plus tard. Je préfère "ritualiser" parce que le verbe montre l'aspect progressif de la création de cérémonies justes pour marquer les étapes de la vie.

Qu'est-ce qui vous a motivé à écrire la série sur l'élaboration de rituels séculiers ?

J'ai conçu ces guides pratiques pour ceux qui ont besoin de marquer les transitions importantes de leur vie ou de créer des cérémonies appropriées pour des événements publics. Alors que les rituels traditionnels comportent essentiellement deux phases : la planification et la réalisation, pour être efficaces, les rituels émergents nécessitent une phase intermédiaire : la création. Les rituels traditionnels ont été créés au fil des ans, voire des millénaires.

Aujourd'hui, afin de pratiquer des rituels qui fassent sens, ceux qui se trouvent en dehors des institutions traditionnelles doivent se construire dans cette phase de création - souvent dans un laps de temps très court. Cette série sur l'artisanat du rituel séculier propose trois guides : un guide qui couvre brièvement la création de rituels pour les principaux moments de la vie et pour la ritualisation dans les espaces publics. Chaque guide propose une boîte à outils unique contenant des outils simples et pratiques pour la création de rituels séculiers porteurs de sens.

Dans ces livres, vous examinez l'histoire et la fonction des rituels dans différentes cultures et vous offrez également des conseils pratiques pour créer des rituels personnalisés. Pourquoi pensez-vous que les humains ont une si forte propension à ritualiser ?

Les êtres humains, comme tous les animaux sociaux, se livrent à des rituels. Selon l'éthologue Ellen Dissanayake, jouer, faire de l'art et ritualiser sont essentiels à l'être humain. Notre double besoin de marquer les événements dans le temps et de nous connecter avec les autres se traduit par la création de rituels. Nos besoins émotionnels et communautaires fondamentaux sont satisfaits par des rituels qui ont un sens pour nous. Autrefois, ces besoins étaient pris en charge par la vie familiale et villageoise ou par des institutions religieuses. Un nombre croissant de personnes dans les sociétés occidentales constatent que ces contextes ne répondent plus à leur besoin de rituels. En fait, leur profil rituel a évolué plus rapidement que leur pratique rituelle. Mon livre est un pas en avant pour aider les gens à harmoniser leur profil et leur pratique rituelle.

Que diriez-vous aux personnes qui prétendent que les cérémonies non religieuses sont dénuées de sens?

Les personnes qui considèrent que les cérémonies non religieuses sont dénuées de sens sont probablement très satisfaites de leur propre pratique en matière de rituels religieux ou institutionnels. Je les encourage à continuer à pratiquer leurs rituels traditionnels, ainsi qu'à garder un esprit ouvert envers ceux dont le profil rituel les oblige à satisfaire leur besoin de ritualiser par des pratiques non traditionnelles.

Vos guides contiennent des check-listes pour les différentes étapes de la planification des cérémonies pour des occasions telles que les mariages, les cérémonies de naissance et les funérailles. Pourquoi avez-vous jugé important de fournir des check-listes pour les lecteurs?

Tout d'abord, laissez-moi vous expliquer ce qu'une check-liste n'est pas. Une check-liste t n'est pas pour les timorés. Elle ne vous dit pas comment créer un rituel. Ce n'est pas un outil d'enseignement, ni un substitut au bon sens et à l'expérience. Elle n'énumère pas tout ce qu'il faut faire. 
Une check-liste guide les artisans dans l'identification de ce qui est au cœur de la cérémonie en les obligeant à faire une pause et à communiquer entre eux. Elle leur permet de se concentrer sur le fond et de créer des rituels qui font sens. Les check-listes aident le célébrant à fournir un contexte sûr pour l'expression d'émotions fortes. Par exemple, une check-liste est très utile dans les situations où les gens nourrissent des querelles de longue date ; la check-liste ne prend pas parti.

Est-ce que tout le monde peut devenir un célébrant ?

Oui et non. Présider une cérémonie séculière est un rôle de service. La fonction de "célébrant" n'est pas (encore) reconnue ; n'importe qui peut s'appeler célébrant. Cela signifie que vous devez vérifier l'expérience et l'attitude de tout non-professionnel (ami ou membre de la famille) que vous choisissez de présider, ainsi que la formation et les qualifications de tout célébrant professionnel que vous envisagez d'engager.

Lorsque vous préparez une cérémonie sur mesure, je vous encourage à réfléchir attentivement à la personne qui devrait vous aider à la préparer et à la présider. L'artisanat représente 80 à 90 % du travail et la présidence de la cérémonie 10 à 20 %. La personne qui assume l'un de ces rôles, ou les deux, peut être un célébrant professionnel, ou un ami ou un parent. Dans les deux cas, elle doit pouvoir se concentrer entièrement sur vous et sur vos objectifs pour la ritualisation, vous fournir des conseils opportuns et vous soutenir inconditionnellement en ce moment important.

Certains événements de la vie sont plus susceptibles de nécessiter un professionnel que d'autres, notamment lorsqu'il s'agit de présider. Il ne faut pas sous-estimer la valeur de l'accompagnement d'un célébrant professionnel dans les phases de planification, de création et même de présidence. Les mariages et les funérailles entrent dans cette catégorie.

Les nouveaux mariés et leur entourage devraient avoir le luxe de participer pleinement à la cérémonie. Cela est difficile à faire lorsqu'on préside un mariage, et encore plus difficile dans le cas d'un enterrement. Les personnes qui ont assumé ce rôle lors des funérailles d'un ami proche ou d'un membre de la famille me disent que leur processus de deuil a été ralenti ou entravé parce qu'elles ont dû faire passer les besoins des autres personnes en deuil avant tout.

Vous y trouverez également un questionnaire permettant de découvrir votre propre "profil rituel". Comment avez-vous créé cet outil?

Pendant de nombreuses années, j'ai observé la confusion des personnes qui frappent à la mauvaise porte pour une cérémonie marquant un étape de la vie. J'ai constaté que la source de leur confusion était leur manque de clarté quant à leur identité et aux rituels qui leur conviennent le mieux. C'est surtout le cas de ceux qui se sentent attachés de loin aux institutions religieuses mais qui ne pratiquent pas. C'est particulièrement critique pour les personnes d'origine multiculturelle.

Les fiancés qui partagent entre eux différentes cultures et religions comprennent intuitivement que, s'ils peuvent chacun pratiquer séparément leurs rites traditionnels, leur relation n'est fondée sur aucune des deux traditions. S'il est possible d'inclure des aspects de leurs traditions d'origine - sans parodie -, la présidence d'un leader religieux ne l'est pas. Ces couples peuvent compter sur un célébrant séculier pour les aider à créer une cérémonie de mariage qui reflète l'amour et les valeurs qu'ils partagent.

 Selon votre expérience, qu'est-ce qui fait le succès d'un rituel ? Les deux principales clés de la réussite des rituels sont l'authenticité et le sens. Il faut pouvoir faire confiance à ses six sens pour s'assurer que le rituel a un sens. Comme le dit la sociologue Margaret Holloway : "Il doit sentir juste pour être juste".

Quel a été votre rituel ou cérémonie le plus mémorable jusqu'à présent ?

Il n'y a pas longtemps, on m'a demandé de faire une cérémonie de mariage pour des fiancés ayant quatre origines culturelles. La mère du marié est une Anglicane britannique et son père est un Indien zoroastrien. Le père de la mariée est protestant suisse et sa mère est japonaise, une tradition qui favorise les cérémonies de mariage shintoïste. Après des mois de planification et de préparation, le couple a organisé une cérémonie qui reflétait leurs quatre origines et leurs désirs pour leur avenir commun.

Leur cérémonie de mariage a commencé lorsque le couple a allumé une lampe zoroastrienne qui avait été placée sur une petite table par la cousine indienne du marié ; elle s'est terminée par un rituel de saké shintoïste exécuté par les cousines japonaises de la mariée en kimono. J'ai expliqué, non pas ce que ces rituels signifiaient dans leur contexte traditionnel, mais ce qu'ils signifiaient pour ce couple le jour de leur mariage. Le marié a écrit un poème pour exprimer leurs valeurs et la signification de cette transition dans leur vie de couple. Au centre de la cérémonie se trouvait le vœu qu'ils ont écrit et la demande qu'ils ont faite aux personnes présentes de les aider à le respecter.

Avez-vous des conseils à donner aux personnes qui souhaitent élaborer leur premier rituel?

Soyez fidèle à vous-même et à ceux avec qui vous créez ce rituel. Il y aura très probablement des larmes et des rires. Utilisez les check-listes et les outils !

Posté dans Actualité le 18-05-2020